Le Monde

la stratégie de développement économique de la Côte d'Ivoire

La Côte d’Ivoire classée dans le Top 10 des économies africaines

Loin de dépendre des seules ressources extractives, le pays mise sur l’industrialisation et le développement des secteurs secondaire et tertiaire, sans pour autant négliger son riche patrimoine agricole

Grâce à une stratégie audacieuse de diversification économique, la Côte d’Ivoire se hisse au 9ème rang des principales puissances africaines. A l’issue du Conseil des ministres du mercredi 8 mai 2024, tenu au palais présidentiel d’Abidjan-Plateau, c’est le porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly. qui a fait cette annonce. Selon ses déclarations, « Le Conseil a entendu une communication du ministre du budget relative à la performance de l’économie ivoirienne. Il en ressort que la Côte d’Ivoire fait désormais partie des dix meilleures économies africaines en se classant à la 9e place devant la Tanzanie. »

Transformation structurelle réussie : le pari gagnant de la Côte d'Ivoire

Comment la Côte d’Ivoire est-elle devenue la 9ème économie africaine ?

Cette performance remarquable positionne la Côte d’Ivoire comme la troisième puissance économique d’Afrique francophone, derrière l’Algérie et le Maroc, et la deuxième nation la plus performante en Afrique de l’Ouest, juste après le géant nigérian. Un accomplissement d’autant plus impressionnant que, comme l’a souligné Amadou Coulibaly, « la plupart des pays qui figurent dans ce classement de top 10 des économies africaines ont leur économie qui repose sur les industries extractives, notamment le pétrole et les minerais. À cela, il faut ajouter le fait que leur démographie soit plus importante que celle de la Côte d’Ivoire. »

Cependant, loin de se reposer sur ses lauriers, le gouvernement ivoirien a choisi de poursuivre une stratégie de diversification économique ambitieuse. Comme l’a expliqué le porte-parole, « Cette résilience de notre économie est due essentiellement à sa diversification car le chef de l’État s’était engagé à une transformation structurelle de l’économie par son industrialisation. »

Les résultats de cette vision audacieuse se font déjà sentir, puisque, selon les chiffres communiqués, « la croissance de l’économie est portée par le secteur secondaire avec un taux de croissance de 10% et par le secteur tertiaire avec un taux de croissance de 8% ».

A lire aussi : Noix de cajou : la Côte d’Ivoire suspend les exportations brutes pour booster la transformation locale

Transformation structurelle réussie : le pari gagnant de la Côte d’Ivoire.

Cette diversification des moteurs de croissance permet à la Côte d’Ivoire de ne plus dépendre exclusivement de son secteur agricole, bien que celui-ci demeure un pilier solide de l’économie nationale, comme l’a rappelé Amadou Coulibaly : « nous demeurons un pays agricole avec des performances connues de tous. »

Le Président Alassane Ouattara, visiblement satisfait de ces résultats, s’est félicité de ces performances « exceptionnelles », comme l’a rapporté le porte-parole du gouvernement. Et pour cause, la Côte d’Ivoire se démarque des autres géants africains en ne reposant pas uniquement sur l’exploitation de ressources naturelles.

Cette réussite économique s’accompagne d’un investissement considérable dans les infrastructures, condition sine qua non pour soutenir une croissance durable. C’est dans cette optique que le gouvernement a annoncé l’ouverture prochaine de deux nouveaux postes de péage sur l’axe routier Yamoussoukro-Bouaflé-Daloa.

Industrialisation et tertiarisation, les clés de la réussite économique ivoirienne

Deux nouveaux postes à péage entrent en exploitation

Selon Amadou Coulibaly, « Ces deux postes à péage entrent en exploitation ce vendredi 10 mai 2024 ». Leur objectif est de financer l’entretien régulier de cet important corridor routier, crucial pour les échanges commerciaux intérieurs. « Afin de préserver cet important patrimoine routier supportant une grande partie des échanges routiers intérieurs, son entretien régulier et son maintien en bon état de carrossage ont été concédés au Fonds d’Entretien Routier (FER) », a-t-il précisé.

La grille tarifaire appliquée à ces nouveaux péages a également été dévoilée, avec des tarifs allant de 500 francs CFA pour les véhicules légers de classe 1 à 3 500 francs CFA pour les poids lourds et autocars de classe 4.

Cet investissement dans les infrastructures routières témoigne de la volonté du gouvernement ivoirien de créer un environnement propice au développement économique et à la fluidité des échanges commerciaux, tant au niveau national qu’international.

En somme, la Côte d’Ivoire se positionne aujourd’hui comme un moteur économique majeur en Afrique, grâce à une stratégie audacieuse de diversification et de transformation structurelle. Loin de s’appuyer uniquement sur ses ressources naturelles, le pays mise sur le développement de secteurs clés tels que l’industrie et les services, tout en préservant son riche patrimoine agricole.

Transformation structurelle réussie : le pari gagnant de la Côte d’Ivoire

Cette approche équilibrée et durable semble porter ses fruits, avec une croissance économique soutenue et une reconnaissance internationale grandissante. Cependant, le chemin reste encore long pour consolider ces acquis et continuer à progresser vers une prospérité partagée pour tous les Ivoiriens.

Comme l’a souligné le Président Ouattara, cité par Amadou Coulibaly, « ces performances restent exceptionnelles vu que la plupart des pays qui figurent dans ce classement de top 10 des économies africaines ont leur économie qui repose sur les industries extractives, notamment le pétrole et les minerais. À cela, il faut ajouter le fait que leur démographie soit plus importante que celle de la Côte d’Ivoire. »

Nul doute que la Côte d’Ivoire, portée par cette vision ambitieuse de diversification économique et de développement durable, continuera à inspirer d’autres nations africaines à emprunter cette voie prometteuse pour l’avenir du continent. A lire aussi : Madagascar: la campagne des législatives débutent le 29 mai 2024.

Pub Ivoire24h Economie de la Côte d'Ivoire

Jean Michel

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Aller à TOP