Le Monde

Cour des Comptes de Côte d’Ivoire : Polémique autour des recettes de l'État liées à la carte CNI et au passeport

Cour des Comptes de Côte d’Ivoire : Scandale autour des recettes liées aux CNI et aux passeports

Une récente publication de la Cour des Comptes de Côte d’Ivoire ébranle la scène politique ivoirienne, révélant des recettes dérisoires perçues par l’État sur les documents administratifs

Un récent rapport de la Cour des Comptes de Côte d’Ivoire met en lumière une controverse concernant les recettes perçues par l’État sur les cartes de séjour, les cartes nationales d’identité et les passeports. Publié en début d’année, ce rapport révèle des montants jugés insignifiants par la Cour, suscitant ainsi une vive polémique.

Analyse des montants perçus par l’État ivoirien sur les cartes de séjour, CNI et passeports

Selon les données présentées, l’État ivoirien n’a perçu que 86 713 francs CFA sur les cartes de séjour en 2022. Les passeports et cartes nationales d’identité ont généré un montant de 792 000 francs CFA. La Cour des Comptes de Côte d’Ivoire juge ces sommes dérisoires. Celle-ci souligne dans son rapport que ces recouvrements sont bien en deçà du potentiel de ressources à mobiliser.

La Cour des Comptes a interpellé le Ministre du Budget et du Portefeuille de l’État, Moussa Sanogo. Pour sa part, le membre du gouvernement nie en bloc toute implication. Selon lui, l’Office National de l’État Civil et de l’Identification (ONECI) et la Société Nationale d’Édition de Documents Administratifs et d’Identification (SNEDAI) sont responsables de la gestion et du recouvrement de ces droits, non plus le Trésor Public.

Les explications contradictoires du ministre du Budget et de la SNEDAI

De ce fait, le ministre du Budget a souligné que les montants recouvrés ne sont pas comptabilisés par l’État, mais par l’ONECI et la SNEDAI. Par conséquent, les entités, par décret et convention, ont obtenu des prérogatives sur l’émission des documents administratifs et la perception des paiements. A lire aussi : Jean-Louis Gasset dévoile la liste finale des Éléphants de Côte d’Ivoire.

Face à ces révélations, la SNEDAI a réagi dans un communiqué. Elle affirme avoir toujours reversé sa quote-part à l’État sur un compte séquestre, et ne pas avoir accès aux fonds. Cette version contredit celle du ministre du Budget.

Pourquoi la Cour des Comptes de Côte d’Ivoire remet en question les recouvrements de l’État ?

La situation soulève des questions sur la disparition des sommes. D’un côté le ministre du Budget qui affirme n’avoir rien reçu de la SNEDAI. Et de l’autre, cette dernière assure avoir régulièrement reversé les montants dus à l’État. Les réactions se multiplient sur la toile, et une réponse officielle du ministre du Budget est attendue. A lire aussi : Présidentielle en RDC : un candidat conteste la victoire de Félix Tshisekedi.

Jean Michel

Comments

Be the first to comment on this article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Go to TOP