Le Monde

Énergies renouvelables en Côte d'Ivoire

Energies renouvelables : Le District du Denguélé, Oasis solaire, et le vent souffle sur les Districts du Zanzan et d’Abidjan

À la croisée des énergies renouvelables, la Côte d’Ivoire dévoile son potentiel solaire et éolien. Les résultats du projet ENER-CI, dévoilés lors d’une restitution

Université Félix Houphouët Boigny, le 20 novembre 2023 – Les vents du changement énergétique soufflent sur la Côte d’Ivoire, révélant un paysage prometteur dans la quête des énergies renouvelables. Le Professeur Benjamin Kouassi, coordinateur du projet « Évaluation du potentiel en Énergies renouvelables de Côte d’Ivoire dans un contexte de changement climatique (ENER-CI) », a présenté des résultats percutants lors de la première restitution de ce projet, financé par le Fonds pour la Science, la Technologie et l’Innovation (FONSTI).

Énergies renouvelables en Côte d'Ivoire Les annonces du Professeur Benjamin Kouassi et les progrès du projet ENER CI
Énergies renouvelables en Côte d’Ivoire Les annonces du Professeur Benjamin Kouassi

Energies renouvelables en Côte d’Ivoire : Les résultats du projet ENER-CI dévoilent les atouts solaires et éoliens du pays

Selon les conclusions du projet, le district du Denguélé, niché au Nord-ouest de la Côte d’Ivoire, se dévoile comme une oasis solaire. La cartographie du potentiel en ressources solaires et éoliennes révèle que ce district est le plus propice à la production d’énergie solaire. En revanche, les districts du Zanzan à l’Est et d’Abidjan sur la zone côtière se profilent comme les champions du potentiel éolien.

Le Professeur Kouassi a souligné que la saison sèche, de janvier à mars, offre la période la plus prometteuse pour l’énergie solaire, tandis que la saison pluvieuse, de juin à août, représente le moment propice pour l’énergie éolienne. Ces informations cruciales jetteront les bases d’un futur service climatique dédié aux énergies solaire et éolienne en Côte d’Ivoire. A lire aussi : SICA 2023 d’Abidjan : un appel à l’Investissement dans l’audiovisuel ivoirien

À l’issue de ce projet ambitieux lancé en juillet 2022 et s’étendant sur deux ans, la Côte d’Ivoire s’apprête à accueillir un outil essentiel à la décentralisation des sources de production énergétique. Ce service climatique, fruit des données collectées, deviendra une boussole pour guider les décisions stratégiques dans le domaine.

Transition vers les énergies renouvelables : Le vent de l’énergie éolienne souffle sur les districts du Zanzan et d’Abidjan. Le Denguélé, champion solaire

Le Professeur Kouassi a partagé un éclairage précis sur le potentiel solaire du pays, notant que seulement 45% de l’énergie solaire disponible peut être transformée. Les 55% restants sont perdus en raison de divers facteurs tels que la dissipation au niveau des aérosols, des vapeurs, des nuages et des poussières.

Il a également rappelé l’existence d’une centrale solaire opérationnelle à Boundiali depuis juin dernier, dont la production devrait atteindre 1 000 MW à terme. Dans une vision audacieuse, la Côte d’Ivoire aspire à ce que les énergies renouvelables représentent 16% de la production nationale d’ici 2030.

L’atelier, honoré par la présence du conseiller technique du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Arona Diédhiou, marque une étape cruciale vers le développement des services climatiques dédiés au secteur de l’énergie en Côte d’Ivoire. Il contribuera à une gestion plus efficace des parcs solaires et des infrastructures énergétiques, propulsant ainsi le pays vers un avenir énergétique durable. A lire aussi : En visite surprise à Kiev, le secrétaire américain à la Défense réaffirme le soutien des États-Unis

Alfred Zeus

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Aller à TOP