Le Monde

Prise de position de l'armée malienne à Kidal le 14 novembre 2023

L’armée malienne réaffirme sa souveraineté sur Kidal

Le 14 novembre 2023 restera gravé dans l’histoire du Mali, alors que l’armée malienne annonce sa prise de position à Kidal, mettant fin à des années d’absence étatique dans ce bastion séparatiste touareg

Ce mardi 14 novembre 2023, l’armée malienne a annoncé avec détermination son entrée à Kidal, mettant ainsi fin à des années d’absence de la présence étatique dans cette ville considérée comme le bastion des séparatistes touaregs. Dans une déclaration relayée sur les réseaux sociaux, l’état-major a affirmé que les Forces Armées Maliennes (FAMa) avaient pris position dans la ville, marquant ainsi un moment historique pour la souveraineté de l’État malien.

Kidal sous contrôle de l’armée malienne

Le colonel Assimi Goïta, lors d’un message diffusé lors d’un flash spécial à la télévision d’État, a déclaré : « Aujourd’hui, nos forces armées et de sécurité se sont emparées de Kidal. » Cette prise de position marque un changement significatif dans la dynamique régionale, car Kidal et ses environs étaient depuis des années sous le contrôle de groupes armés à dominante touarègue.

La junte au pouvoir avait depuis longtemps exprimé sa détermination à rétablir l’autorité de l’État dans cette région. La rébellion de Kidal, qui a vu l’armée malienne subir des défaites humiliantes entre 2012 et 2014, a été une source constante d’irritation à Bamako. La junte actuelle, axée sur la restauration de la souveraineté territoriale, considère cette avancée comme un pilier de sa mission.

Les défis à surmonter après la prise de Kidal

Depuis mai 2014, l’État malien avait pratiquement abandonné Kidal, les forces maliennes ayant été chassées suite à des affrontements violents avec les rebelles touaregs, déclenchés lors de la visite du Premier ministre de l’époque, Moussa Mara. Ces affrontements avaient entraîné des pertes significatives dans les rangs de l’armée malienne.

La reprise de Kidal par les FAMa représente ainsi un tournant décisif, réaffirmant la détermination de l’État malien à restaurer son autorité dans l’ensemble de son territoire. Cependant, cette avancée soulève également des questions sur les défis futurs, tant sur le plan sécuritaire que sur celui de la stabilité politique dans la région. La manière dont les autorités maliennes géreront cette nouvelle réalité déterminera grandement l’avenir de Kidal et son rôle dans la configuration politique nationale. A lire aussi : Le Sénat de Côte d’Ivoire unanime dans son soutien aux Startups numériques

Alfred Zeus

Comments

Be the first to comment on this article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Go to TOP