Le Monde

Gagnoa faux commandant militaire

Gagnoa : Quand le Robin des Bois du Fromager se fait épingler et écope de 10 ans de prison

Surnommé le « Robin des Bois du Fromager », Poutine avait réussi à se forger une réputation de professionnel des armes dans la ville.

GAGNOA – Dans un rebondissement aussi tragique que comique, la cité du fromager, Gagnoa, a été le théâtre d’une affaire hors du commun impliquant un « commandant militaire » d’un genre tout à fait particulier. Le sieur Boli Patrick, alias ‘Poutine’, a été condamné suite à une série de plaintes déposées contre lui. Sa chute a été provoquée par une perquisition étonnante menée à son domicile, mettant à jour un véritable arsenal militaire digne d’un film hollywoodien.

Dès l’ouverture de l’audience des flagrants délits, le prévenu a tenté de se défendre en clamant haut et fort : « Je suis un ancien militaire, j’ai fait partie des renseignements généraux. » Un spectacle tout à fait burlesque qui a certainement fait pouffer de rire plus d’un spectateur dans la salle. Sans surprise, il n’était pas en possession du moindre permis de port d’arme, ce qui n’a pas empêché ce « faux commandant » de semer la terreur dans tout Gagnoa.

Lire aussi : Un Pas de Géant pour la Santé en Côte d’Ivoire : Le Premier Ministre Patrick Achi Inaugure Deux Établissements de Pointe

Surnommé le « Robin des Bois du Fromager », Poutine avait réussi à se forger une réputation de professionnel des armes dans la ville. Dès qu’il déclinait son identité, on lui déroulait le tapis rouge, peut-être plus par crainte que par réelle admiration. Car oui, ce personnage hautain, au comportement fantasque, n’hésitait pas à menacer quiconque croisait son chemin pour les raisons les plus farfelues.

Son arsenal militaire ne provenait pas de sources officielles

Pourtant, il semblerait que son arsenal militaire ne provenait pas de sources officielles. En effet, l’enquête a révélé que ses équipements, dont une arme à feu de première catégorie, des treillis et une casquette militaire avec le grade de « commandant », avaient été acquis durant la crise post-électorale. On peut dire que Poutine avait un vrai don de hors la loi !

Lire aussi : Au Tchad, la guerre à travers les yeux des enfants

Mais là où l’affaire du faux commandant militaire de Gagnoa devient encore plus cocasse, c’est en découvrant son passé de flirt avec des miliciens en 2010, lors de la crise post-électorale. Alors que d’autres miliciens avaient déposé les armes lors du désarmement, Poutine avait gardé précieusement son attirail de guerre, apparemment pour en faire un usage bien plus insolite.

Boli Patrick, l’usurpateur de titre et l’agresseur à main armée, a été condamné à 10 ans de prison.

Lors du procès, une victime, Brissi Kakou Alexis, a témoigné : « Un haut gradé de l’armée ne peut pas avoir un tel comportement. Monsieur le juge, cet homme est dangereux. » La comédie tragique du « commandant militaire » a donc pris fin, et le tribunal a prononcé sa sentence. Boli Patrick, l’usurpateur de titre et l’agresseur à main armée, a été condamné, le mardi 25 juillet 2023, à 10 ans de prison. Le voilà désormais au service de la « militaire comédie » derrière les barreaux.

On se souviendra longtemps de cet épisode rocambolesque où le faux commandant militaire de Gagnoa aura fait régner la terreur d’une main de fer, qui s’est révélée être une main bien plus tordue que militaire. Ainsi va la vie dans la ville du fromager, où les faits divers prennent parfois des allures de comédie tragique.

Franck Singa

Comments

Be the first to comment on this article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Go to TOP