Le Monde

Les raisons derrière l'absence du président russe Vladimir Poutine au sommet des BRICS en Afrique du Sud

Vladimir Poutine sera absent au sommet des BRICS en Afrique du Sud : Un dilemme évité

Ainsi, en évitant la présence de Vladimir Poutine au sommet des BRICS, l’Afrique du Sud espère préserver son rôle de médiateur au sein de l’alliance des pays émergents

Johannesburg, le 19 juillet – La présidence sud-africaine a annoncé aujourd’hui que le président Vladimir Poutine ne participerait pas au sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) prévu du 22 au 24 août à Johannesburg, mettant ainsi fin à de longs mois de spéculations sur le sujet.

Un épineux dilemme évité

Cette décision évite un dilemme épineux à Pretoria, qui préside actuellement les BRICS tout en refusant de condamner l’invasion russe de l’Ukraine. En effet, Vladimir Poutine est actuellement visé par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour le crime de guerre de « déportation » d’enfants ukrainiens depuis l’invasion de l’Ukraine, et l’Afrique du Sud, en tant que signataire du Traité de Rome, est théoriquement tenue de l’appliquer s’il mettait les pieds sur son territoire.

Lire aussi : Renforcement des liens diplomatiques et économiques entre la Côte d’Ivoire et l’Iran et l’Algérie : une étape prometteuse vers l’avenir

« D’un accord mutuel, le président de la fédération russe Vladimir Poutine ne participera pas au sommet, mais la fédération y sera représentée par le ministre des affaires étrangères (Sergueï) Lavrov », a annoncé Vincent Magwenya, porte-parole du président sud-africain Cyril Ramaphosa. Cette décision fait suite à « un certain nombre de consultations » menées par Cyril Ramaphosa ces derniers mois, jusqu’à « la nuit dernière », a-t-il précisé.

Les raisons derrière l’absence du président russe Vladimir Poutine au sommet des BRICS en Afrique du Sud

L’arrestation de Poutine serait perçue comme une « déclaration de guerre » envers la Russie

L’absence de Vladimir Poutine au sommet a donné lieu à un débat national sur la possibilité de l’arrêter et de le livrer à la CPI s’il venait en Afrique du Sud. Pourtant, le président sud-africain a averti que l’arrestation de Poutine serait perçue comme une « déclaration de guerre » envers la Russie, mettant en péril la sécurité et la paix de l’État sud-africain.

Lire aussi : Vladimir Poutine ne participera pas au sommet des Brics en Afrique du Sud

Le principal parti d’opposition sud-africain, l’Alliance démocratique (DA), a même tenté de forcer le gouvernement à garantir l’arrestation de Poutine en saisissant la justice. Cette situation délicate aurait pu entraîner des conséquences imprévisibles pour les relations internationales et la stabilité régionale.

L’attention se tourne désormais vers le sommet des BRICS en Afrique du Sud

Ainsi, en évitant la présence de Vladimir Poutine au sommet des BRICS, l’Afrique du Sud espère préserver son rôle de médiateur au sein de l’alliance des pays émergents tout en évitant d’entraîner des tensions inutiles avec la Russie. Le sommet se tiendra donc avec la participation de Sergueï Lavrov, offrant une opportunité pour les pays membres de discuter des défis mondiaux et des opportunités de coopération sans l’ombre du différend juridique entourant Vladimir Poutine.

Alors que la fin de cette longue saga est enfin annoncée, l’attention se tourne désormais vers le sommet des BRICS en Afrique du Sud, où les dirigeants des pays membres chercheront à renforcer leur partenariat malgré l’absence du président russe.

Jean Michel

Comments

Be the first to comment on this article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Go to TOP