Le Monde

Refondation Burkina Faso

Burkina Faso : Le Premier ministre appelle à une nouvelle Constitution et à renforcer la sécurité pour des élections démocratiques

Le Premier ministre estime que la reconquête aurait pu être plus rapide si le Burkina Faso n’avait pas été abandonné par ses anciens partenaires en ce qui concerne la fourniture d’armes

Apollinaire Joachim Kyelem de Tambela, Premier ministre burkinabè, a prononcé un discours devant l’Assemblée législative de transition le mardi 30 mai 2023. Sa prise de parole, axée sur la question sécuritaire et la nécessité d’une nouvelle Constitution au Burkina Faso, a suscité un vif intérêt.

Pour Apollinaire Joachim Kyelem de Tambela, la refonte de la société burkinabè passe par l’élaboration d’une Constitution reflétant les aspirations du peuple. Selon lui, il est essentiel de se libérer des modèles constitutionnels étrangers, car cela entraîne un déficit démocratique et une mauvaise gouvernance, créant ainsi des troubles sociaux.

Pour concrétiser cette vision, le Premier ministre compte s’appuyer sur des Comités de veille et de développement (Coved). Ces organisations civiles et apolitiques, créées en avril par décret présidentiel, remplaceront les conseils villageois. Ils auront pour mission de participer à l’élaboration d’un avant-projet de Constitution, afin de permettre au peuple de décider du futur du Burkina Faso, qu’il s’agisse d’une monarchie ou d’une république.

Une fois la refondation nationale lancée, le Premier ministre prévoit de mettre l’accent sur la réconciliation nationale. Un comité ministériel travaille déjà sur le financement d’indemnités pour les victimes de violences politiques.

Par ailleurs, le Premier ministre a souligné que des élections ne peuvent avoir lieu sans sécurité. Suite à deux récentes attaques terroristes ayant fait une quarantaine de victimes le week-end dernier, il insiste sur l’importance de garantir la sécurité avant de pouvoir organiser des élections. Il a également affirmé que le Burkina Faso refuse de négocier avec les terroristes et a souligné les succès militaires et le recul des groupes armés, ce qui a permis le retour de plus de 120 000 déplacés internes dans leurs villages.

Le Premier ministre estime que la reconquête aurait pu être plus rapide si le Burkina Faso n’avait pas été abandonné par ses anciens partenaires en ce qui concerne la fourniture d’armes. Il dénonce le refus de certains partenaires de vendre des armes au pays, voire leur dissuasion d’autres pays de le faire. Face à cette situation, le Burkina Faso a renforcé ses relations avec la Russie, la Chine, la Turquie, l’Iran, la Corée du Nord et le Venezuela, afin d’acquérir des armes performantes à des coûts réduits et de manière transparente grâce à ces nouveaux partenariats.

En résumé, le Premier ministre Apollinaire Joachim Kyelem de Tambela met en avant la nécessité d’une nouvelle Constitution reflétant les aspirations du peuple burkinabè. Il compte sur les Comités de veille et de développement pour y parvenir, tout en soulignant l’importance de la sécurité pour la tenue des élections. Il insiste également sur la reconquête du pays et dénonce l’abandon de certains partenaires en matière de fourniture d’armes.

Alfred Zeus

Nous creusons toujours plus
Nous creusons toujours plus

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Aller à TOP